Blogue

Réformer l’immersion française: qu’on cesse les tergiversations

Le Nouveau-Brunswick, un microcosme canadien sur le plan linguistique. Ici, les deux langues canadiennes jouissent d’une égalité légale et l’on peut s’épanouir en français, en anglais ou mieux encore, dans les deux langues! Cette réalité linguistique m’a toujours plu, en plus de très bien convenir à ma profession, enseignant de français.

Or, depuis les dix ans que je demeure dans la seule province bilingue du Canada, il me semble que le bien-fondé de ce bilinguisme est souvent remis en cause, et ce, surtout par les médias anglophones, tous sous la tutelle de Brunswick News. Quand ce dernier se trouve en panne d’idées, il sort la carte linguistique pour vendre ses journaux et, peut-être sournoisement, mais savamment, attiser la grogne linguistique qui semble toujours mijoter à feu doux ici dans la porte d’entrée du Canada Atlantique.

Prenons la semaine dernière comme exemple et examinons comment le fait d’évoquer la tempête qu’est l’immersion peut nuire à l’éducation des jeunes anglophones et, dans une moindre mesure, à l’harmonie des relations entre nos deux communautés linguistiques néo-brunswickoises. Dans cet article, je vais d’abord expliquer pourquoi une refonte de l’immersion ne serait pas nécessaire. Ensuite, je tenterai de déboulonner les mythes et les idées reçues souvent avancées par nos politiciens. Enfin, j’aborderai le danger social dû à l’évocation trop régulière de ce sujet comme thème d’actualité.

Lire la suite
0
  1032 lectures
  0 commentaires
1032 lectures
0 commentaires