Blogue

2 minutes reading time (459 words)

Pourquoi parler français?

Dans ce pays où on parle mandarin, tagalog, ukrainien, italien, haida et punjabi, pourquoi devrait-on parler français? Pourquoi enseigner le français et pourquoi les parents devraient-ils mettre leurs enfants en immersion? Est-il toujours important de devenir bilingue?

Quelle est votre histoire ?

Mon histoire vers la compétence en français offre peut-être une vision sur l’importance de parler cette langue officielle, langue d’un de nos peuples fondateurs.

J’ai grandi à Winnipeg, le centre géographique de l’Amérique du nord et dans plusieurs sens le milieu de notre multiculturalisme au Canada. En grandissant j’avais des amis qui parlaient toutes les langues possibles à la maison. Ma famille était une de ces familles ouverte à toutes les cultures mais où on parlait uniquement l’anglais.

Mais, pour moi c’était toujours fascinant que nous avions cette langue et culture, le français, qui faisait partie de notre pays, même dans ma propre ville. Par exemple, il y avait ces deux filles qui jouaient dans l’orchestre de la ville avec moi, qui parlaient toujours français entre-elles. Et on faisait des sorties en autobus pour voir des pièces de théâtre en français à Saint-Boniface.

Je voulais faire partie de cette culture et parler cette langue qui faisait partie de mon héritage, qui existait dans mon pays. Cette idée a nourri mon rêve de devenir bilingue, de vouloir parler le français comme une francophone. Je suis allée au Nouveau- Brunswick, et ensuite au Québec pour faire mes études en français.  J’ai donc réussi à parler français et à vivre parmi les francophones et à incorporer la langue et la culture comme la mienne.

Pourquoi devenir enseignante?

Ensuite, j’ai éprouvé le besoin de partager ce désir de vivre la langue française- avec les jeunes du Canada qui veulent eux aussi devenir bilingue. Je suis devenue enseignante. Dès lors, je communique et je partage ma passion de ce qui est pour moi, l’identité canadienne : d’être pleinement canadienne veut dire de pouvoir utiliser facilement les deux langues officielles du pays.

Je m’identifie maintenant comme francophone de langue maternelle anglaise. Je garde ma langue maternelle et une culture anglophone en équilibre avec la langue et la culture franco-canadienne.

Quel est le rôle de l’enseignant?

Quel est notre rôle donc comme enseignants de français au Canada? Quel est notre devoir envers les jeunes, la nouvelle génération de bilingues de notre pays? On a le droit et la responsabilité d’ouvrir la porte, d’enseigner la langue et la culture francophone de notre pays avec toute notre intelligence, avec toute notre compétence, nos connaissances et notre énergie. Nous devons continuer à apprendre et à utiliser les outils, les stratégies qui fonctionnent pour permettre aux élèves, eux aussi, de vivre pleinement de notre société. Essentiel à notre but d’être vraiment, passionnément canadien : de parler et partager le français. 

0
La classe de mathématiques : Un excellent prétexte...
Pour l’amour du français
 

Commentaires 5

Invité - Philippe Le Dorze le lundi 8 février 2016 19:56

Francophone de langue maternelle anglaise - que c'est bien dit Alicia! Très heureux d'avoir travaillé aux côtés d'une francophone aussi engagée!

Francophone de langue maternelle anglaise - que c'est bien dit Alicia! Très heureux d'avoir travaillé aux côtés d'une francophone aussi engagée!
Invité - Gordon Campbell le vendredi 12 février 2016 00:28

Je suis d'accord que l'habilité de parler les deux langues nous donne un perspective nationale que les gens unilingues n'ont pas. Mon rêve c'est qu'un jour tous les parents mettront leurs enfants en immersion et puis nous pourrions ajouter l'enseignement d'autres langues pour faire nos élèves les vrais citoyens du monde.

Je suis d'accord que l'habilité de parler les deux langues nous donne un perspective nationale que les gens unilingues n'ont pas. Mon rêve c'est qu'un jour tous les parents mettront leurs enfants en immersion et puis nous pourrions ajouter l'enseignement d'autres langues pour faire nos élèves les vrais citoyens du monde.
Invité - Charlotte D. le dimanche 4 février 2018 22:40

Bonjour Madame Logie,
Je trouve vos paroles inspirantes. Je trouve intéressant que vous ayez parler de l'importance d'enseigner une langue mais aussi de la culture qui s'y rattache. Peu importe où je vais enseigner dans mon cheminement, partager la culture québécoise et canadienne est l'une de mes priorité. Nous avons une si belle culture et nous ne l'aurions pas sans notre langue. J'espère pouvoir, comme vous, partager cette passion.

Merci.

Bonjour Madame Logie, Je trouve vos paroles inspirantes. Je trouve intéressant que vous ayez parler de l'importance d'enseigner une langue mais aussi de la culture qui s'y rattache. Peu importe où je vais enseigner dans mon cheminement, partager la culture québécoise et canadienne est l'une de mes priorité. Nous avons une si belle culture et nous ne l'aurions pas sans notre langue. J'espère pouvoir, comme vous, partager cette passion. Merci.
Invité - Marie-Michèle le mardi 6 février 2018 22:34

Merci pour ce partage! C’est génial qu’il y ait des gens comme vous pour valoriser le bilinguisme au Canada.
Pour ma part, en tant que francophone qui a dû apprendre l'anglais à l'école, ce n'est que plus tard que j'ai appris à aimer la langue anglaise et à l'apprendre de mon propre gré. En fait, c'est un voyage dans une province anglophone qui m'a réconciliée avec l'anglais, ou plutôt les gens que j'y ai rencontré.
Dans un pays où l'histoire a mis les langues nationales au cœur de débats politiques, sociaux et identitaires, on peut s'attendre à ce que l'envie d'apprendre la langue de l'autre ne soit pas toujours présente. Cependant, dès que l'autre prend un visage humain, on se rend compte que les langues permettent le partage et la rencontre de l'autre. C'est pourquoi je crois que tous les échanges entre les jeunes anglophones et francophones sont bénéfiques pour leur donner l'ambition, de part et d'autre, de devenir bilingues. La preuve, deux petites filles que vous connaissiez enfant ont nourri votre désir d'apprendre le français.

Merci pour ce partage! C’est génial qu’il y ait des gens comme vous pour valoriser le bilinguisme au Canada. Pour ma part, en tant que francophone qui a dû apprendre l'anglais à l'école, ce n'est que plus tard que j'ai appris à aimer la langue anglaise et à l'apprendre de mon propre gré. En fait, c'est un voyage dans une province anglophone qui m'a réconciliée avec l'anglais, ou plutôt les gens que j'y ai rencontré. Dans un pays où l'histoire a mis les langues nationales au cœur de débats politiques, sociaux et identitaires, on peut s'attendre à ce que l'envie d'apprendre la langue de l'autre ne soit pas toujours présente. Cependant, dès que l'autre prend un visage humain, on se rend compte que les langues permettent le partage et la rencontre de l'autre. C'est pourquoi je crois que tous les échanges entre les jeunes anglophones et francophones sont bénéfiques pour leur donner l'ambition, de part et d'autre, de devenir bilingues. La preuve, deux petites filles que vous connaissiez enfant ont nourri votre désir d'apprendre le français.
Invité - Sofiane le jeudi 8 février 2018 04:13

Bonsoir,
J’ai lu avec attention votre histoire. Je vois que vous êtes passionnée par le français, mais aussi l’anglais. La recherche de la balance entre les deux langues et cultures s’avère importante.
J’ai découvert que je voulais enseigner le français, langue seconde après avoir terminé mon premier BAC. J’ai compris que je voulais transmettre ma passion du français aux autres personnes et à mes futures élèves. Je leur montre comment le français peut être intéressant et passionnant. Je n’hésite surtout pas à faire des liens avec la culture, le pays et la langue parlée de tous les élèves. Les élèves ne se sentent pas dévaloriser et ils veulent apprendre davantage sur la nouvelle langue et la nouvelle culture.
Aussi, j’ai appris l’italien quand j’ai vécu en Italie. L’enseignante m’a partagé sa passion pour la langue et pour la merveilleuse culture de ce pays. Mon apprentissage fut rapide, car je voulais toujours en apprendre davantage.
Pour n’importe quelle culture ou langue, être enseignante c’est transmettre sa passion pour celle-ci.

Merci d’avoir partagé votre histoire et votre vision sur la langue française.

Bonsoir, J’ai lu avec attention votre histoire. Je vois que vous êtes passionnée par le français, mais aussi l’anglais. La recherche de la balance entre les deux langues et cultures s’avère importante. J’ai découvert que je voulais enseigner le français, langue seconde après avoir terminé mon premier BAC. J’ai compris que je voulais transmettre ma passion du français aux autres personnes et à mes futures élèves. Je leur montre comment le français peut être intéressant et passionnant. Je n’hésite surtout pas à faire des liens avec la culture, le pays et la langue parlée de tous les élèves. Les élèves ne se sentent pas dévaloriser et ils veulent apprendre davantage sur la nouvelle langue et la nouvelle culture. Aussi, j’ai appris l’italien quand j’ai vécu en Italie. L’enseignante m’a partagé sa passion pour la langue et pour la merveilleuse culture de ce pays. Mon apprentissage fut rapide, car je voulais toujours en apprendre davantage. Pour n’importe quelle culture ou langue, être enseignante c’est transmettre sa passion pour celle-ci. Merci d’avoir partagé votre histoire et votre vision sur la langue française.
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
jeudi 19 septembre 2019
Popup