Blogue

2 minutes reading time (367 words)

Laissez-les lire!

Comme beaucoup de petits garçons, je raffolais des bandes dessinées. J'ai dû lire mes albums de Tintin cinquante fois chacun, si ce n'est pas plus. Mais les professeurs disaient que les bandes dessinées n'étaient pas de vrais livres, et c'était presque un péché de les aimer.

Un peu plus tard, j'ai plongé dans les aventures de Bob Morane. Personne ne pouvait prétendre que ce n'étaient pas de vrais livres : il n'y avait même pas d'images! Les professeurs m'ont cependant fait comprendre que ce n'était pas de la vraie littérature et que mon cerveau se ratatinerait si je continuais à les lire.


La mort dans l'âme, je me suis ensuite tourné vers les grands auteurs. Vers l'âge de 15 ans, je me suis pris d'affection pour Maupassant, dont j'ai lu toutes les nouvelles. Je me suis arrêté quand un de mes professeurs m'a dit, sur un ton supérieur : '' C'est bien, mais ce n'est quand même pas Flaubert... '' Il levait le nez sur Maupassant!!! Jusqu'où fallait-il donc aller pour leur plaire?

Je me demande encore comment il se fait que je n’aie pas arrêté de lire à ce moment-là. Tout le monde semblait s’être ligué contre moi, mais c’était compter sans ma tête de cochon. J'ai plutôt décidé de continuer, mais de ne plus jamais parler de mes lectures à mes professeurs. Je me suis par la suite régalé avec Edgar Poe, Conan Doyle, Victor Hugo, sans jamais renier mes Tintin, que je relisais régulièrement avec plaisir. Sage décision, dont je me félicite encore aujourd'hui : personne ne mérite de subir le mépris, surtout pas parce qu'il lit!

Il m'arrive encore très souvent aujourd'hui de rencontrer des parents et des professeurs qui se désolent que leurs enfants ne lisent que des Garfield, ou le Livre des records, ou le Guide de l'auto...

Les enfants ne sont pas fous. Ils ressentent ce mépris. Et ils n'ont pas tous ma tête de cochon, malheureusement (ou heureusement!). Le résultat, c'est que plusieurs d'entre eux arrêtent de lire, et je les comprends!

Les enfants qui lisent des Garfield passeront peut-être à autre chose, un jour. Ou peut-être pas. Chose certaine, ce n'est pas en les regardant de haut qu'on va les aider!

0
Garçon + lecture = une équation gagnante
Technophobe, technophile, ou technoréfléchi, vous ...
 

Commentaires 5

Invité - Mireille Brownhill le samedi 4 mai 2013 20:01

Merci M. Gravel, vous m'avez soulagée! Un de mes fils dévorait des romans jeunesses quand il a apprit à lire, mais maintenant à 11 ans il ne lit que des Garfield. Vous m'avez donné espoir que son amour de la lecture ne s'éteindra pas. Je vais continuer à l'encourager.

Merci M. Gravel, vous m'avez soulagée! Un de mes fils dévorait des romans jeunesses quand il a apprit à lire, mais maintenant à 11 ans il ne lit que des Garfield. Vous m'avez donné espoir que son amour de la lecture ne s'éteindra pas. Je vais continuer à l'encourager.
Invité - Marline Al Koura le jeudi 9 mai 2013 14:59

Saviez-vous que nos étudiants emploient souvent des bandes déssinées dans leurs cours? On les emploient souvent comme option d'évaluation car les apprenants préfèrent démontrer leurs connaissances à travers les mots ET les images!
Marline

Saviez-vous que nos étudiants emploient souvent des bandes déssinées dans leurs cours? On les emploient souvent comme option d'évaluation car les apprenants préfèrent démontrer leurs connaissances à travers les mots ET les images! Marline
Invité - Philippe Le Dorze le vendredi 10 mai 2013 22:40

Bonjour M. Gravel,
J'ai eu un parcours très semblable au vôtre, sauf que c'était Jules Verne à 15 ans. Je relis régulièrement les BD Blueberry de Charlier et Giraud.
Ce que tout le monde oublie , c'est que le choix de lecture, appartient au lecteur en tout temps. Comme enseignant, on encourage, on suggère, on propose et le lecteur dispose!
Philippe

Bonjour M. Gravel, J'ai eu un parcours très semblable au vôtre, sauf que c'était Jules Verne à 15 ans. Je relis régulièrement les BD Blueberry de Charlier et Giraud. Ce que tout le monde oublie , c'est que le choix de lecture, appartient au lecteur en tout temps. Comme enseignant, on encourage, on suggère, on propose et le lecteur dispose! Philippe
Invité - Christine Thibaudier-Ness le lundi 13 mai 2013 05:39

Bonjour François,
J'ai bien trop souvent entendu les mêmes commentaires que vous au sujet des bandes dessinées et pourtant...Je ne sais pas si c'est la bande dessinée qui m'a amenée à la lecture, mais mon enfance, mon adolescence et ma vie d'adulte sont farcies de leur lecture. Je les aborde avec le même oeil critique et la même gourmandise que n'importe quel texte (c'est mon intention de lecture qui change) et j'encourage tous ceux avec qui je travaille à ÎPÉ ou ailleurs de faire de même dans leur vie et dans leurs classes. Il y a autant de variétés de BD que de lecteurs et celui qui en dit du mal n'a pas encore dû trouver la BD de son coeur.

Bonjour François, J'ai bien trop souvent entendu les mêmes commentaires que vous au sujet des bandes dessinées et pourtant...Je ne sais pas si c'est la bande dessinée qui m'a amenée à la lecture, mais mon enfance, mon adolescence et ma vie d'adulte sont farcies de leur lecture. Je les aborde avec le même oeil critique et la même gourmandise que n'importe quel texte (c'est mon intention de lecture qui change) et j'encourage tous ceux avec qui je travaille à ÎPÉ ou ailleurs de faire de même dans leur vie et dans leurs classes. Il y a autant de variétés de BD que de lecteurs et celui qui en dit du mal n'a pas encore dû trouver la BD de son coeur.
Invité - Xaviérine le dimanche 4 février 2018 18:19

Bonjour M. Gravel,
Votre texte m'a fait réagir à tant de niveaux. Votre résilience face à ces enseignants, qui manifestement n'avaient pas compris que peu importe le livre qu'un enfant lit, l'important c'est qu'il lise, est remarquable. Malheureusement, ces commentaires désobligeants auraient pu en décourager plus d'un, mais surtout ceux-ci n'ont pas leur place dans la bouche d'une personne qui a entre autres pour mission d'enseigner la langue au travers de sa littérature, et ce, quelle qu'en soit sa forme. Qu'un enfant entre dans le monde littéraire par les bandes dessinées ne devrait jamais être rabaissé, mais devrait plutôt être célébré, car cet enfant prend goût à la lecture et n'est-ce pas ce que nous voulons tous faire vivre à nos élèves ? En plus, aujourd'hui, des auteurs tels Guy Delisle et Art Spiegelman créent des œuvres littéraires pour adulte sous le format de la bande dessinée. Au regard de ces œuvres, vos enseignants ne pourraient que s'en mordre les doigts, car elles démontrent bien que la bande dessinée mérite sa place dans nos écoles.

Bonjour M. Gravel, Votre texte m'a fait réagir à tant de niveaux. Votre résilience face à ces enseignants, qui manifestement n'avaient pas compris que peu importe le livre qu'un enfant lit, l'important c'est qu'il lise, est remarquable. Malheureusement, ces commentaires désobligeants auraient pu en décourager plus d'un, mais surtout ceux-ci n'ont pas leur place dans la bouche d'une personne qui a entre autres pour mission d'enseigner la langue au travers de sa littérature, et ce, quelle qu'en soit sa forme. Qu'un enfant entre dans le monde littéraire par les bandes dessinées ne devrait jamais être rabaissé, mais devrait plutôt être célébré, car cet enfant prend goût à la lecture et n'est-ce pas ce que nous voulons tous faire vivre à nos élèves ? En plus, aujourd'hui, des auteurs tels Guy Delisle et Art Spiegelman créent des œuvres littéraires pour adulte sous le format de la bande dessinée. Au regard de ces œuvres, vos enseignants ne pourraient que s'en mordre les doigts, car elles démontrent bien que la bande dessinée mérite sa place dans nos écoles.
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
jeudi 19 septembre 2019
Popup