Comme le profil de mon compte Twitter l’indique, je suis passionnée de la communication orale au cœur de l’apprentissage des mathématiques en immersion française! Pourquoi? Parce que communiquer efficacement est un processus nécessaire à l’apprentissage des mathématiques (Hull et al., 2011) et que communiquer avec aisance et précision en mathématiques ne s’apprend pas par accident dans sa langue maternelle et encore moins en L2. Je me pose continuellement la question suivante : Comment peut-on appuyer nos élèves en immersion pour qu’ils puissent non seulement parler en utilisant le vocabulaire thématique, mais aussi développer un certain niveau d’automatisme en interaction orale spontanée en mathématiques?

Céder la parole aux élèves

Tout d’abord, c’est en parlant qu’on apprend à parler et c’est aussi en parlant qu’on apprend les mathématiques; une classe de maths, ça devrait faire du bruit!  Afin de devenir compétents en numératie, les élèves ont besoin d’apprendre en contexte social (Barwell, 2005). En d’autres mots, il faut que les élèves parlent entre eux dans la classe de mathématiques et que l’enseignant agisse comme facilitateur d’apprentissage plutôt que transmetteur de connaissances.  Malheureusement, lorsque les élèves écoutent passivement l’enseignant pendant de longues périodes ou qu’ils travaillent silencieusement en classe de mathématiques, jour après jour, leur apprentissage du contenu et de la langue immersive se fait au ralenti. Il est donc essentiel d’offrir quotidiennement une abondance de situations d’échange verbal significatives en maths.

Viser la qualité de la langue

Bien que nous ne puissions pas exiger la perfection linguistique en tout temps dans la classe de mathématiques, nous ne devrions pas non plus complètement fermer les yeux sur les imperfections langagières sous le prétexte que le contenu académique est trop complexe. Selon Lyster (2016), Il est nécessaire d’améliorer les compétences linguistiques des élèves en immersion non seulement pour des raisons de plus grande précision, mais aussi pour améliorer leur capacité d’interagir avec le type de langage complexe qui est la clef de leur réussite scolaire. 

Minimiser l’utilisation de L1 en mathématiques

Bien que le recours à l’anglais pour enseigner et communiquer dans la classe de mathématiques en immersion peut être tentant et aiderait à accélérer la compréhension, est-ce que cela devrait être pratique courante ou un dernier recours? Personnellement, je me questionne à savoir si on devrait plutôt changer la façon dont on enseigne les mathématiques et donner les outils nécessaires aux élèves afin de minimiser l’utilisation de l’anglais en mathématiques et ainsi maximiser l'épanouissement du français. Parfois, je pense que ce sont les algorithmes et le symbolique qui compliquent la vie des élèves et non la langue. 

Faciliter l’apprentissage de la langue et du contenu

Finalement, je suis tout à fait d’accord avec Monica Tang (2008) : être enseignant de mathématiques en immersion française n’est pas aussi simple que d’enseigner les mathématiques en français. Pour que nos élèves en immersion communiquent pour apprendre et apprennent à communiquer en mathématiques,  je pense qu’il faut d’abord croire qu’ils sont capables de le faire, en français. Puisque je tiens à cœur l’apprentissage simultané de la langue et du contenu, j’ai dû moi-même réapprendre comment enseigner les mathématiques et ré-aiguiser mes approches pédagogiques en langue seconde et c’est de là que j’ai découvert que la classe de mathématiques est en fait, le laboratoire de langue idéal pour nos élèves en immersion et je vous invite donc à en prendre pleinement avantage!

Références

Barwell, R. (2005). Working on arithmetic word problems when English is an additional language. British Educational Research Journal, 31(3), 329-348.

Hull, T.H., Balka, D.S., & Miles, R.H. (2011). Visible thinking in the K-8 mathematics classroom. Thousand Oaks, CA: Corwin; NCTM.

Lyster, R. (2016). Vers une approche intégrée en immersion, en collaboration avec l’Association canadienne des professeurs d’immersion.  Montréal, Éditions CEC.

Tang, M. (2008). Student use of language in French immersion mathematics (Doctoral dissertation, SIMON FRASER UNIVERSITY).