Blogue

2 minutes reading time (471 words)

L'album illustré et la classe d'immersion

L'album illustré et la classe d'immersion

Nous sommes en 1994, ma classe d’Accueil* de douze élèves, entre la 3e et la 6e année sont à découvrir une langue seconde (pour certains une troisième ou quatrième).  Peu importe leur niveau de compétence linguistique, aucun d’eux aurait accepté que je fasse relâche pour la lecture du Petit Prince. Oui, le Petit Prince de Saint-Exupéry. Mon enthousiasme, mes intonations, mon intérêt pour le regard de ces enfants prenaient bien plus de place que ces moments où ils ne comprenaient pas le sens d’un mot, d’une phrase ou même d’un chapitre.

La littératie propose différent genre de lecture : à voix haute, guidée, individuelle, etc. Elle fait souvent référence à la notion de niveau, très pointu, pour assurer un bon jumelage entre lecteur et livre nivelé.  La littératie c’est aussi cette lecture authentique que l’on se permet d’avoir pour le plaisir du livre. Tout parent qui se respecte aura eu le plaisir de lire à son enfant. Qui peut nier qu’écouter un texte lu permet de s’envoler, sans effort, dans l’imaginaire de l’auteur?

Cependant, si tous nous nous entendons pour dire que lire aux enfants est essentiel, il importe aussi de choisir les dites lectures et de les choisir dans ce but ultime du plaisir de partager une histoire. L’album jeunesse est un médium idéal et bien que souvent délaissé avec des groupes d’âges plus élevés, il importe de savoir que la lecture d’albums offre aux apprenants d’une langue seconde l’occasion de faire des liens, des associations que le seul texte ne permet pas. Si nous ajoutons à cela une lecture à voix haute par l’enseignant ou l’enseignante nous bonifions l’acquisition de cette langue seconde dans toutes ces nuances et sa richesse.

Mais qu’en est-il des illustrations puisqu’une lecture à voix haute avec n’importe quel roman pourrait faire l’affaire? Bonne question. L’illustration est un support visuel important qui lorsqu’associé à un texte prend toute sa force permettant ainsi aux jeunes en langue seconde une meilleure compréhension de l’histoire. Toutefois, les illustrations présentes dans les albums jeunesse permettent plus encore. Selon le rapport établi par l’illustrateur entre le texte et ses illustrations, qu’il soit de coopération, de complémentarité ou de contradiction, elles permettent aux jeunes d’exercer leur sens de l’observation, leur jugement, leur capacité d’analyse et leur sens critique de manière à avoir, par la suite, plus de nuances dans l’interprétation non seulement de cette nouvelle langue mais également de ce nouvel environnement qui est le leur. Faites l’essai avec la lecture d’un album dont les illustrations contredisent le texte et vous vous rendrez vite compte que les enfants sont immédiatement à même de saisir l’humour, l’ironie et la richesse de l’histoire.

Faites-nous part de vos expériences et de vos observations.

*Accueil : Classe de francisation accueillant l'élève néo-québécois offrant une immersion intense du français avant d'être intégré dans la classe dite "régulière". 

0
J'ai grandi en immersion et j'ai décidé d'y enseig...
Les grands livres du XXIe siècle
 

Commentaires 3

Invité - Alicia Logie le mercredi 9 avril 2014 17:32

Cet article souligne l’importance ainsi que le plaisir de lire à haute voix des albums en français.
J’ai déjà lu avec les petits: qui ne peuvent pas se retenir, se met debout ou grimpent de plus en plus proche de mes genoux pour essayer de voir les images de plus près
Avec es adolescents: qui font semblant que les albums sont trop bébés pour eux mais qui ne refusent jamais quand je leur propose une petite histoire…
Avec es adultes: qui soupirent avec soulagement de savoir qu’ils peuvent relaxer quelques minutes pour écouter une autre personne lire.
Qu’est ce qui empêchent les enseignants de lire davantage avec leurs élèves : manque d’accès aux livres intéressants? Manque de confiance de faire de la lecture à haute voix? Manque d’intérêt aux livres et la perception que les élèves ne s’y intéressant pas? ( question pour tout le monde)

Cet article souligne l’importance ainsi que le plaisir de lire à haute voix des albums en français. J’ai déjà lu avec les petits: qui ne peuvent pas se retenir, se met debout ou grimpent de plus en plus proche de mes genoux pour essayer de voir les images de plus près Avec es adolescents: qui font semblant que les albums sont trop bébés pour eux mais qui ne refusent jamais quand je leur propose une petite histoire… Avec es adultes: qui soupirent avec soulagement de savoir qu’ils peuvent relaxer quelques minutes pour écouter une autre personne lire. Qu’est ce qui empêchent les enseignants de lire davantage avec leurs élèves : manque d’accès aux livres intéressants? Manque de confiance de faire de la lecture à haute voix? Manque d’intérêt aux livres et la perception que les élèves ne s’y intéressant pas? ( question pour tout le monde)
Invité - Charlotte D. le dimanche 4 février 2018 22:20

Je suis tout à fait d’accord que l’album jeunesse est un moyen incroyable pour amener les élèves à apprécier la lecture. À l’aide des images, les élèves peuvent faire des liens avec leurs connaissances et ils peuvent, surtout, comprendre l’histoire. J’ajoute également que faire la lecture à voix haute permet d’amener les élèves à réfléchir. Lors de mon deuxième stage, mon enseignante associée lisait un album jeunesse chaque matin à voix haute. L’enseignante pouvait alors commencer sa journée avec une discussion et un partage d’informations, laissant une ambiance conviviale. Elle posait beaucoup de questions concernant l’album. Elle leur demandait de faire des hypothèses sur ce qu’il allait se produire. Cette façon de faire : transformer une activité, que l’on peut qualifier comme une activité individuelle, en une activité participative et animée, est très pertinente. En effet, les élèves ont l’occasion de développer de nouvelles stratégies et les appliquer à leur lecture individuelle. Bref, comme vous dites, il ne faut surtout pas hésiter à lire des albums jeunesse avec des illustrations à vos élèves, ils en redemanderont !

Je suis tout à fait d’accord que l’album jeunesse est un moyen incroyable pour amener les élèves à apprécier la lecture. À l’aide des images, les élèves peuvent faire des liens avec leurs connaissances et ils peuvent, surtout, comprendre l’histoire. J’ajoute également que faire la lecture à voix haute permet d’amener les élèves à réfléchir. Lors de mon deuxième stage, mon enseignante associée lisait un album jeunesse chaque matin à voix haute. L’enseignante pouvait alors commencer sa journée avec une discussion et un partage d’informations, laissant une ambiance conviviale. Elle posait beaucoup de questions concernant l’album. Elle leur demandait de faire des hypothèses sur ce qu’il allait se produire. Cette façon de faire : transformer une activité, que l’on peut qualifier comme une activité individuelle, en une activité participative et animée, est très pertinente. En effet, les élèves ont l’occasion de développer de nouvelles stratégies et les appliquer à leur lecture individuelle. Bref, comme vous dites, il ne faut surtout pas hésiter à lire des albums jeunesse avec des illustrations à vos élèves, ils en redemanderont !
Invité - Annie le lundi 5 février 2018 20:27

Je me rappelle mes vendredis après-midi de 6e année, où l’enseignante, sur le coup de 15h00, nous faisait la lecture…du Petit Prince de St-Exupéry. La classe était vite rangée, le tableau nettoyé et les sacs faits, car tous attendaient ce moment avec impatience. Elle s’arrêtait parfois pour nous montrer une image ici et là, ce qui nous permettait de mieux suivre l’histoire.

Je me rappelle mes vendredis après-midi de 6e année, où l’enseignante, sur le coup de 15h00, nous faisait la lecture…du Petit Prince de St-Exupéry. La classe était vite rangée, le tableau nettoyé et les sacs faits, car tous attendaient ce moment avec impatience. Elle s’arrêtait parfois pour nous montrer une image ici et là, ce qui nous permettait de mieux suivre l’histoire.
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
vendredi 20 septembre 2019