Blogue

5 minutes reading time (1038 words)

ENSEIGNEMENT/APPRENTISSAGE DE LA COMMUNICATION ORALE

L’institut d’été de l’ACPI 2019 se tiendra à Saguenay, plus précisément, au Centre linguistique du Collège de Jonquière du 8 au 17 juillet prochain. Une programmation de haut niveau vous attend, tant au plan de la formation didactique et des ateliers, qu’au plan culturel. Les participants vivront une expérience mémorable d’immersion totale dans un milieu complètement francophone. Je vous invite à consulter tous les détails relatifs à l’Institut d’été 2019 de Jonquière en cliquant ici.

J’aurai le bonheur d’y être moi-même, car je donnerai des formations dans le cadre de la programmation. L’ouvrage qui me servira de référence, La grammaire de l’oral : une grammaire pas comme les autres, dont je suis l’autrice, sera entre autres au cœur de la préoccupation didactique. De ce fait, deux composantes phares de l’ouvrage ont été retenues : la chaîne parlée, portant sur la phonétique corrective et la structure dialogique.

Ainsi, dans ce billet de blogue, je vous invite à vous familiariser déjà à ce que sera cette rencontre entre la communication et l’enseignement/apprentissage du FL2. Ce sujet sera élaboré plus en profondeur lors de mes ateliers offerts à l’Institut d’été 2019 de l’ACPI.

Voici donc une réflexion sur l’enseignement de la communication orale que j’aimerais vous proposer.

Dans un premier temps, je définis le cadre général dans lequel toute activité d’enseignement/apprentissage de la communication orale prend place dans un contexte scolaire. Par ailleurs, je présente les cinq types d’activités les plus courantes favorisant l’expression orale des élèves dans le contexte de l’enseignement/apprentissage du français langue seconde. J’enchaîne, par la suite, sur une voie nouvelle, soit celle de la grammaire de l’oral dans le respect de l’objectif de départ soit la communication orale en classe de FL2. Pour en arriver à pourquoi la structure du dialogue. Je terminerai en invitant l’élève, futur locuteur francophone, à faire partie de la conversation.

 

1- Le CADRE GÉNÉRAL :

Nous incluons les éléments suivants :

Le lieu :

  • La salle de classe;
  • L’école, dans le cadre d’une activité définie par la personne responsable de l’enseignement.

Les acteurs, en interactions croisées :

  • Les élèves et la personne responsable de l’enseignement;
  • Les élèves entre pairs.

 

2- Les CINQ TYPES D’ACTIVITÉS de l’expression orale que l’on retrouve plus régulièrement en enseignement du FL2 :

  • L’expression spontanée : prise de parole de(s) l’élève(s) faite librement en salle de classe
  • L’expression encadrée dans une activité : un exemple, l’activité du sac de papier contenant des objets; à l’aveugle, l’élève doit deviner l’objet qu’il a choisi au hasard dans le sac mystère;
  • L’expression encadrée dans une activité dont un point de grammaire est à réinvestir dans l’expression : un exemple, s’exprimer sur un souvenir d’enfance. Les contraintes linguistiques sont alors définies par la personne responsable de l’enseignement, l’élève doit les intégrer dans son expression;
  • L’expression libre, dans le cadre de saynète, qui vise le réinvestissement chez l’élève : un exemple, l’intention de communication, demandée par le responsable de l’enseignement, commander au restaurant;
  • L’expression libre dans tout autre cadre visant le réinvestissement chez l’élève en solo, en dyade ou autre.

 

3- La COMMUNICATION ORALE dans le cadre d’une GRAMMAIRE DE L’ORAL

Nous abordons dans ce qui suit l’ouvrage La grammaire de l’oral : une grammaire pas comme les autres.

Ici, le pas comme les autres réfère implicitement à la grammaire traditionnelle.

Voici ce qui les unit et ce qui les distingue, en d’autres termes voici mes définitions :

  • La grammaire au sens traditionnel est un ensemble de catégories, de règles et de cas particuliers qui régissent la syntaxe et le code orthographique de la langue.
  • La grammaire de l’oral est un ensemble d’éléments linguistiques et de régularités qui sont transférables et applicables à des situations de communication orale diverses et qui sont communs à l’espace francophone.

Observez en italique ce qui les unit :  dont le mot clé qui est un ensemble.

Observez ce qui les distingue, dont les mots clés :  syntaxe et code orthographique de la langue, les mots clés situations de communication diverses, espace francophone.

NOUS POUVONS CONCLURE QUE :

Mettre en pratique la grammaire de l’oral, c’est mettre l’accent sur l’interaction langue-discours et sur l’interaction situation de communication-langue, c’est mettre l’accent sur la communication, la communication orale.

 

4- La STRUCTURE DU DIALOGUE ET GRAMMAIRE DE L’ORAL CŒUR DE L’OUVRAGE

PARTIR DU DIALOGUE, POURQUOI?

Le dialogue s’intègre à une situation de communication, offre un modèle de communication réaliste et s’inscrit dans un modèle conversationnel.

Il se prête à une application dans des activités d’enseignement/apprentissage.

  • La situation de communication conditionne et détermine le choix des éléments linguistiques que doit effectuer le locuteur.
  • La langue intègre la situation de communication dont elle se marque.
  • La transmission d’un message présuppose une interaction entre émetteur et  récepteur que nous désignons sous l’étiquette d’interlocuteurs.
  • La transmission du message se fait sous forme d’échange auquel les interlocuteurs participent volontairement. Cet échange, qui est interactif, vise l’élaboration d’une communication porteuse de sens et satisfaisante.
  • Le discours, émerge de l’association situation de communication/langue.

 EN BREF

La grammaire de l’oral : une grammaire pas comme les autres regroupe des règles et des lois portant sur la phonétique du français, l’ouvrage met en lumière les principes organisateurs du dialogue, de la conversation. Ce livre se penche sur le rôle de l’interjection et du non-verbal dans la communication. Il veut allumer, être l’étincelle de la création. Il propose à l’enseignant une vision ouvrant sur une communication efficace en francophonie.  

Il vous propose des outils linguistiques transférables, applicables à des situations de communication multiples, des éléments linguistiques récurrents.

C’est un ouvrage de références que vous pouvez vous approprier, dans lequel vous pouvez écrire, noter, souligner : il est conçu comme soutien lors de la préparation d’une leçon ou dans la planification d’un cours. Il est souple et se prête à l’intérêt ou au besoin de votre enseignement. Il vous ouvre la porte sur la structure de la communication.

 

5- FAIRE PARTIE DE LA CONVERSATION PAR LA GRAMMAIRE DE L’ORAL

L’élève doit créer un monde de références autre que celui dans lequel il évolue habituellement. De ce fait, il doit apprendre comment faire partie de la conversation de manière signifiante comment y contribuer. Il doit intégrer des SAVOIRS menant à des savoir-être, des savoir-faire.

 

 

Au plaisir d’en discuter plus longuement avec vous lors de l’Institut d’été 2019 de l’ACPI. Pour les détails concernant la programmation et l’inscription, cliquez ici.

 

Suzanne FRADETTE

0
Le facteur wow
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
jeudi 22 août 2019