“… el traje de baño, la chaqueta, la corbata de mariposa…” récite à une vitesse époustouflante votre prof d’Espagnol en rrrrrroulant ses rrrrrrrrr, tandis que vous cherchez désespérément l’image du costume de bain sur votre planche de Bingo. L’idée géniale de suivre un cours intensif avant votre voyage au Mexique s’avère maintenant une tragédie. Aujourd’hui, les vêtements. Hier, la nourriture : Ça va pour “tacos” mais qui aurait pu savoir que “la zanahoria” est une carotte et non une maladie? 

Pourquoi, en tant qu’adulte, est-il si difficile de distinguer et de mémoriser ces mots? Vous concoctez un nouveau plan : fini les cours d’Espagnol! Vous ajouterez simplement un o ou un a à la fin de chaque mot. Génial! Surtout à Huehuetoca lorsque que vous achèterez une pomma!

Classe de 3e année : Le printemps et Pâques arrivent dans 5 jours et les enfants DOIVENT absolument apprendre ces mots pour jouer au Bingo ET pour leurs mots de dictée : “l’arrosoir,  une jonquille, l’imperméable, le bourgeon, la taupe, le panier, les bottes de caoutchouc, l’agneau, la paille, l’éclosion d’un poussin…” Les enfants, assis à leur bureau, en silence, (pour assurer une bonne concentration) travaillent sur leurs feuilles palpitantes : Associe le mot à l’image appropriée. Écris le mot sous l’image appropriée. Colle l’image sous le mot approprié. Copie le mot “éclosion” 3 fois. 

Arrive vendredi : La note moyenne à la dictée est 3 sur 10. Le jeu de Bingo: Vous passez votre temps à expliquer : “Un agneau, c’est un bébé mouton… Un mouton? C’est un animal blanc qui donne de la laine. De la laine? C’est pour faire des chandails. Un chandail? C’est ce que tu portes sur ton corps… Ton corps? Arrrgh!” (en vous arrachant les cheveux… Des cheveux c’est…) Pourquoi les enfants ne savent-ils pas encore écrire et dire les fichus d’mots du printemps pis d’Pâques après avoir passé 3 ans et demi en immersion? 

Pour connaître la réponse, il faut revenir à la question existentielle “Qu’est-ce qui vient en premier? L’œuf ou la poule?” Sans blague. Le but d’apprendre une langue est de pouvoir communiquer : “C’est en parlant qu’on apprend à parler.” Voilà la poule. Et l’œuf. La lecture et l’écriture viendront après avoir développé le vocabulaire. 

La théorie sur l’acquisition d’une 2e langue maintient qu’un mot doit être revu de 5 à 16 fois avant d’être assimilé et qu’il doit être pratiqué à l’oral, en contexte et en situation naturelle. Le problème dans ces deux scénarios, c’est que l’enseignant est le seul à dire les mots. Les enfants écoutent, passifs. Ils coupent, ils collent, ils copient, ils trouvent.  Mais… Ils ne parlent pas!

Alors, que faites-vous dans votre classe pour augmenter la qualité et la quantité du français oral? Et, encore plus important, est-ce que vous voyez des résultats? Les enfants sont-ils motivés à apprendre une deuxième langue? Combien de fois par jour devez-vous leur rappeler de parler en français? Y-a-t-il un lien entre les mots de dictée et l’apprentissage du vocabulaire? À votre tour de parler!