Vivement l’été!

Ça y est ! Les dates du prochain Institut d’été sont sorties et les inscriptions sont ouvertes. J’hésite… L’air de ♪ Should I Stay or Should I Go ♪ me vient en tête…


Retour en arrière : mai 2016. J’entends parler pour la première fois de l’Institut d'été (qui en est déjà à sa 2e édition) et je lance à mon mari, en blaguant : “Tiens, je pourrais faire une formation d’une semaine à Nice cet été !”. Il me réplique : “Pourquoi pas!” Et là je cogite (Should I Stay or Should I Go en fond sonore dans mon cerveau) : une formation en été? Qu’est-ce que je vais en retirer? Ai-je vraiment envie de retournerà l’école en plein milieu de mes vacances?

Eh bien oui, j’ai eu envie d’une formation (àNice, ce n’est pas désagréable non plus !) et comme cela tombait sur mes vacances d’été, j’avais, il me semble, des attentes assez élevées. Malgré cela, mes attentes ont été largement dépassées. Cet institut a été la meilleure formation pédagogique à laquelle j‘ai assisté : des professionnels dont la motivation était contagieuse et inspirante et des ateliers conviviaux et pratiques. J’ai retiré une quantité d’éléments pédagogiques utiles de chaque présentateur, même si, a priori, le domaine de certains n’était pas relié au mien (merci Martine Pellerin, Marie-Josée Morneau, Roy Lyster et Denis Cousineau). Le format carrousel, bien pensé, permet de diversifier notre savoir avant de choisir un module à explorer davantage.

Ce que j’en ai retiré? Une nouvelle approche dans mon enseignement, plus ciblée sur certains aspects oraux qui permettent l’amélioration à l’écrit, plus innovante grâce à l’utilisation d’outils technologiques que je n’utilisais pas (ou mal). Les élèves semblent plus enthousiastes, donc plus engagés et du coup plus performants qu’avant. J’ai aussi apporté des changements dans ma façon de leur parler et de les corriger. Ce sont de petits changements, qui se font graduellement avec des résultats encourageants. J’y travaille encore et j’ai du chemin à faire, mais je suis confiante. L’institut m’a offert à la fois les outils nécessaires et le temps d’y réfléchir et de partager avec des collègues du monde entier.

Des collègues du monde entier! Car il ne faut pas oublier l’avantage extraordinaire que sont les rencontres avec d’autres enseignants de français, non seulement du Canada, mais aussi d’ailleurs, grâce aux Universités du Monde. Ces échanges sont enrichissants, tant sur le plan professionnel qu’humain. Il s’agit d’une rencontre interculturelle dans un cadre de rêve - cadre qu’il nous est possible d’explorer tout en assistant à la formation. Les liens créés sur place ont souvent été forts et ils se poursuivent donc encore aujourd'hui, tout comme les échanges professionnels. Ce compte-rendu ne serait pas complet sans mentionner l’accueil chaleureux et sincère de l'équipe des Universités du Monde, qui vous intègre le plus naturellement du monde dans leur grande famille. Je n’ai vraiment qu’un seul regret : avoir manqué le premier institut.

Mon hésitation n’a donc pas été longue cette année – j’y retourne! Et je vous conseille à tous d’y assister. Vous en reviendrez changés, grandis et mieux équipés pour affronter l’année scolaire qui pointera déjà le bout de son nez. J’ai hâte de vous y rencontrer. Alors à très bientôt à Nice !

0
Réflexion : L’importance de la lecture en immersio...
Connectez-vous au www.bibliothèquedesameriques.com...
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
mercredi 20 septembre 2017