A l’école, la diversité … pour apprendre le français en français

A l’école, la diversité … pour apprendre le français en français

Lorsque l’ACPI m’a invitée à rédiger le blogue du mois de décembre, j’ai accepté avec beaucoup de plaisir et aussi un peu d’angoisse. Comment être à la hauteur de tous les autres blogues publiés les mois précédents? … Et puis une évidence est apparue : ils parlent tous de choses qui passionnent leurs auteurs; ces choses qu’on a envie de partager avec le plus grand nombre. … Alors je me suis dit que je parlerais de ce qui me fait avancer depuis le début de ma carrière d’enseignante : faire de la diversité linguistique et culturelle un atout pour l’apprentissage du français en français.  

Nous vivons en effet dans un monde de plus en plus marqué par cette diversité et nos salles de classes ne font pas exception. En tant qu’enseignants de français, nous nous demandons souvent comment développer des pratiques d’enseignement qui soutiennent à la fois notre mission de développer le français et d’assurer la réussite scolaire pour tous les élèves, en particulier pour nos élèves qui vivent dans des environnements linguistiques et culturels divers ?     

Le français langue de communication… à l’école

Et c’est là le premier des paradoxes qu’il nous faut relever. D’un côté, nous devons faire du français une langue de communication pour des élèves qui ne l’utilisent pas nécessairement à la maison et de l’autre, on veut qu’ils apprennent d’autres disciplines en français. Nous devons combiner les dimensions de la langue de communication informelle et celles de la langue apprise à, par et pour l’école. Et cette langue de scolarisation est normalisée et décontextualisée au service de l’enseignement des disciplines non linguistiques comme les mathématiques, les sciences sociales. Comment faire alors si le français qui est la langue « partagée » par le groupe classe, n’est pas celle de l’extérieur, des groupes de pairs, de la famille? Comment maintenir l’attrait du français pour ces élèves en contexte de diversité linguistique et culturelle ? Comment construire les apprentissages dans une langue qui est celle du contexte scolaire, avec laquelle les élèves ont parfois du mal à développer des affinités identitaires et culturelles, tout en assurant leur réussite scolaire ?

Mobiliser le plurilinguisme des élèves comme tremplin à l’apprentissage du français et en français

Beaucoup de questions auxquelles la recherche depuis ces 20 dernières années apporte des réponses en exhortant à inscrire les apprentissages dans le contexte de la diversité en développant chez les élèves une compréhension du rôle du langage (et donc des langues) dans la société et en renforçant une vision inclusive et non hiérarchique des langues et des cultures qui se donnent à voir dans l’espace public et en donnant une voix à toutes les langues et cultures qui n’ont pas habituellement de place dans cet espace (je pense notamment aux langues et cultures autochtones qui nous entourent en Colombie-Britannique). 

En mobilisant l’ensemble des langues qui composent les répertoires langagiers de nos élèves (car après tout ils sont tous des « bilingues en devenir » puisqu’ils sont apprenants de français comme langue seconde ou pour certains d’entre eux, langue tierce), il devient alors possible de poser le plurilinguisme comme un principe et une finalité didactique pour travailler le français et en français.

Des scénarii pédagogiques ancrés dans l’écologie de nos contextes locaux

La démarche pédagogique qui se dessine est une démarche qui prend appui sur des activités d’enseignement-apprentissage qui impliquent plusieurs langues et cultures. L’enseignant et les élèves n’ont pas besoin de connaître les idiomes pour aborder les activités. Par le biais de représentations positives d’ouverture à la diversité linguistique et culturelle (et la présence dans la salle de classe de langues et cultures qui n’ont pas souvent de facto droit de cité légitime) et en travaillant au développement de capacités d’observation, d’analyse et de prise de distance critique dans les apprentissages, les activités permettent d’utiliser les formes complexes de socialisation que vivent les jeunes et mettent en scène la diversité linguistique et culturelle dans les contextes locaux où elles ont été élaborées.

A titre d’exemple, le projet de classe Lire la ville (voir article Sabatier, Moore et Dagenais, 2012) amène les élèves à parcourir leur quartier à la recherche d’écrits en différentes langues. Ils doivent prendre des photos de ces écrits pour ensuite en classe en proposer un classement, réfléchir à la présence de ces écrits en différentes langues dans leur milieu et faire une affiche qu’ils présenteront à d’autres élèves dans d’autres villes du Canada. Par delà le travail sur les compétences littératiées, les élèves prennent conscience que la ville est un lieu où les langues prennent vie à travers les locuteurs qui les parlent; l’espace urbain devient un théâtre où la diversité linguistique et culturelle se met en scène en images et en mots. Interroger les relations de pouvoir dans l’histoire des groupes communautaires, des statuts des langues et de leurs locuteurs qui se donnent à voir conduit les élèves à réfléchir aux identités citoyennes qu’ils peuvent construire.

Le français pour vivre ensemble 

Et à l’heure où il est plus que jamais impératif que nous apprenions enfin à vivre ensemble dans le respect de la diversité linguistique et culturelle, l’apprentissage du français/en français, dans le cadre d’une démarche qui place de cette façon les langues et les cultures au cœur des apprentissages disciplinaires, participe à construire des appartenances multiples chez nos élèves en reconnaissant leurs expériences linguistiques et culturelles et en capitalisant sur leurs répertoires langagiers.

En situant le français dans cette diversité, nos salles de classes deviennent des lieux où peut se construire la rencontre avec l’autre ainsi qu’une citoyenneté participative et inclusive de l’autre. Au regard des nouveaux programmes d’étude qui seront officiellement les nôtres à la rentrée prochaine en Colombie-Britannique, c’est peut-être ça, notre mission essentielle : enseigner à vivre… ensemble.


Sitographie de ressources en ligne

Éducation interculturelle et diversité linguistique-ELODIL: http://www.elodil.umontreal.ca

Education et ouverture aux langues à l’École-EOLE: http://www.irdp.ch/eole/eole_txts_fdl/index.html

Cadre de référence pour les approches plurielles-CARAP: http://carap.ecml.at

Education et diversité linguistique et culturelle-EDILIC:   http://www.edilic.org/fr/fr_index.php

Sacs d’histoires: http://www.ge.ch/enseignement_primaire/multilinguisme/sac-histoires.asp

Comparons nos langues : http://www.reseau-canope.fr/bsd/sequence.aspx?bloc=481293

Scribjab:  http://www.scribjab.com

0
Pour l’amour du français
Le mariage entre l'immersion et la technologie : u...
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
mardi 22 août 2017